Le Grand Meaulnes, illustré par la photographe Laure Albin-Guillot

« Suite d’illustrations pour Le Grand Meaulnes d’Alain Fournier »  est l’un des livres d’artiste réalisés par Laure Albin-Guillot, photographe française majeure de l’entre deux guerres. Avec la complicité d’auteurs tels que Paul Valéry, Henri de Montherlant, André Gide, Maurice Garçon…, Laure Albin-Guillot produira  plusieurs ouvrages combinant littérature et photographie, ouvrages qu’elle qualifiera de « livres de bibliophilie ». Pour Le Grand Meaulnes, ce sont 17 planches en noir et blanc illustrant chacune une phrase tirée du roman d’Alain Fournier. Les petits personnages créés par Louise-Demée Chevallier, comme des poupées en pâte à sel, sont mis en scène dans des décors d’intérieurs ou dans des scènes champêtres. La photographe use d’une veine pictorialiste, accentuant les ombres et les flous pour donner à ces « tableaux » une profondeur dramatique.

Le Grand Meaulnes illustré par Laure Albin-Guillot
couverture
« 1 de 8 »

La succession des photographies déroulent l’histoire du roman en livrant des images qui se nourrissent des différents arts observés ou pratiqués par la photographe : peinture, théâtre, cinéma, art décoratif.. Cette Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes est aussi un témoin essentiel de l’histoire de la photographie, qui, depuis ses débuts, se cherche une légitimité artistique. Portraitiste, photographe de nus, de paysages, de natures mortes, auteur de reportages, publicitaire, Laure Albin-Guillot est ainsi l’une des premières en France à avoir envisagé une application décorative de la photographie. Photographiant par exemple les préparations microscopiques collectionnées par son mari, Laure Albin-Guillot a acquis une expérience de la mise en forme de l’infiniment petit et c’est cette expérience qu’elle met au service des scènes miniatures ici travaillées pour mettre en lumière, comme un petit théâtre d’ombres, la force poétique du roman d’Alain Fournier.